Sexe, redressement et patriotisme

Publié le par Alain Versedetout

 

Nous l’avions bien compris la France était en crise, il fallait réagir rapidement. Le changement c’était maintenant.

 

Le diagnostic avait été implacable, il allait falloir s’attaquer aux priorités. On nous l’avait promis. Nous allions enfin avoir des réformes audacieuses qui allaient impulser le redressement de la France.


Et c’est vrai que très vite nous avons sentis où étaient placées ses priorités. Des avatars d’un tweet révélant combien la jalousie et les histoires de fesses d’alcôves pouvaient influencer la politique nationale, à un ministre qui entrait en scène en annonçant de s’attaquer prioritairement aux problèmes des prostitués, en passant par l’urgence vitale de légaliser le mariage homosexuel ou la nécessité de rembourser à 100% l’avortement et faciliter l’accès des jeunes filles à la contraception, à l’urgence de renforcer l’éducation sexuelle à l’école, on sentait bien qu’il y avait de la priorité dans l’air.

 


Alors que le redressement et le rassemblement des Français était officiellement affiché comme la préoccupation majeure de notre gouvernement, la question du mariage « pour tous » devenait le sujet de toutes les interventions essentielles. On nous explique depuis, de long en large et en travers, que ce qui doit définir l’identité d’une personne , se sont ses pratiques sexuelles, qu’on peut non seulement avoir le droit de changer de sexe au gré de ses envies comme on change de chaussette, qu’un enfant n’a pas besoin d’un papa et d’une maman pour s’épanouir ( surtout quand ses parents sont hétéros, alcooliques, beaufs et d’extrême droite ), que de penser le contraire relève d’une fermeture d’esprit intolérable :  et gare à vous, si vous n’êtes pas emballés par ces mesures « d’égalité » et de « justice » !

 

Puisque la question éducative avait été affichée comme un chantier majeur du quinquennat, il était logique de s’attaquer à la priorité des priorités, c’est pour cela qu’il a été créé une nouvelle commission sensée réfléchir à la manière dont l’éducation nationale pourrait encore plus se substituer aux parents en matière d’éducation sexuelle.


 

Face au désarroi de la jeunesse, le gouvernement afficha ses priorités : « la santé sexuelle » des jeunes, ce qui veut dire, faciliter la contraception et le recours à l’avortement, endoctriner les enfants lutter contre l’homophobie et la « transphobie » dès la maternelle.  « Surtout les enfants, ne pensez qu’à ça, mais protégez-vous bien » tel est le nouveau credo du catéchisme républicain Hollandiste. « ça vous évitera de prendre votre vie en main et de réaliser que l’on se fout bien de vous… » . Il est sûr qu’il est plus facile et plus démagogique de fermer les yeux sur le désarroi réel de la jeunesse en la matière que de regarder le monde réel en face.

 

La dernière saillie en la matière fut celle de notre sémillante porte-parole du gouvernement qui vaut certainement son pesant de cacahouète : à ce niveau-là d’insistance, nous serions en droit de nous interroger si elle n’a pas un léger problème de ce côté-là, voire une obsession  ou un refoulement qu’elle exorciserait comme elle le peut.

-Diplome-de-l-obsession-sexuelle.JPG


N’en déplaise, à ceux qui ne partagent pas son opinion aux machos et aux réactionnaires , il en fallait quand même du courage pour oser affirmer de telles bétises  aller au-delà des tabous et du conformisme des bien-pensants, car nous étions jusque-là bien bête de ne pas avoir encore compris que les ressorts de grands personnages de l’histoire se situaient dans leurs culottes et dans leurs pratiques sexuelles ! Comme disait Jack Lang en son temps, ça valait quand même le coup de passer de l’obscurité à la lumière !

 

Et c’est vrai qu’il fallait y penser, car c’est sûrement grâce à sa sensibilité particulière que Néron a pu révéler l’ensemble de sa quintessence artistique. C’est aussi sûrement en raison de leur sensibilité gay que Ernst Rôhm a pu fonder le parti Nazi ou que Mickael Kuhner a voulu le ressusciter après-guerre ;  et c’est sans doute en raison de leur sensibilité créatrice liée à des tendances,  plus ou moins homo, bisexuel ou hétéro que grand nombre de tueurs en série ont pu déployer leur créativité…

 

Au train ou les choses sont parties, nous pouvons supposer que le gouvernement va installer très rapidement une nouvelle commission composés d’amis socialistes en mal d’argent de poche d’experts, qui aideront notre amie Naja à aller jusqu’au bout de cette idée lumineuse.

 

Chez d’autres cette proposition aurait sûrement eu un arrière-goût nauséabond, écœurant et puant des relents de néofascismes », mais quand ça vient de la ministre chargé du droit des femmes, ce n’est pas pareil, elle est quand même du côté des gentils.

 

Quelle piètre opinion de la nature humaine et de soi même que de placer la motivation humaine uniquement en dessous de la ceinture ! Nos amis libertaires de gauches veulent sans doute ainsi donner raison au bon Docteur Freud qui pensait que le sexe était après tout la seule motivation profonde de l’être humain.


Il est vrai, que la diatribe féministe à l’encontre des hommes, a tendance à les désigner comme des phallus sur pattes, obsédés par le pouvoir de leur quéquette et par leur besoin de domination sexuelle sur la femme soumise. Comme disait l’autre « nous ne laisserons pas aux hommes le monopole de la laideur… »

 

 

Obsession sexuelle ? Simple stratégie de reconquête des Français en désamour avec le pouvoir ? Stratégie de détournement de l’opinion ? Reflet de la normalitude d’un gouvernement qui tente le tout pour le tout pour ressembler au Français « normal » en proposant des réformettes de sociétés qui ne coûtent rien mais qui ont quand même le mérite de nous révéler l’image qu’ils se font du français lambda?

 

A la décharge d’un gouvernement qui se veut être normal, il faut reconnaître, lorsque l’on lit, entend ou regarde les médias « normaux » , que les français ne sembleraient penser qu’à ça.  Ainsi pendant que Madonna se déshabillait sur scène pour dire aux islamistes qu’elle n’était pas d’accord avec eux, une ex-ministre susurrait à la télévision des passages d’un livre « érotico-pornographiques pour faire plaisir remonter un audimat en berne. Pendant que le tout Paris s’extasiait devant une exposition sur la copulation animale sensée nous prouver qu’en matière d’amour, les hommes « sont  comme des bêtes », les turpitudes sexuelles d’un exfutur ex candidats à la présidentielle continuent à faire les délices des hebdomadaires en mal de lecteurs.

 

Alors que nos nouveaux moralistes trouvent qu’il n’y a rien de choquant à ce qu’une élue verte puisse arrondir ses fins de mois en vendant sur le net  des jouets érotiques BIO pour adulte, notre premier ministre signait une émouvante  lettre soutenant la candidature de Paris à l’accueil des Gay games en 2018… nous voilà rassuré : quand il le faut, la France que l’on croyait en grave crise, sait retrouver le sens de l’essentiel.

 

Il y a quelques années, la série humoristique Palace avait diffusé un sketch expliquant comment remonter une courbe de l’audimat en berne : un peu de sexe et hop, tout se redressait ! Serait-il possible que le gouvernement tellement empêtré dans la crise et les sondages négatifs, n’ait trouvé que cela à donner en pâture aux Français ?

Ce serait tout de même étonnant. Lorsqu’ils étaient dans l’opposition, ils ont quand même passé le plus clair de leur temps à nous expliquer, pince à linge sur le nez, l’abomination de la stratégie du détournement d’opinion à coup de  thèmes populistes ». C'est pour cela qu'il faut sans doute y voir , qu'un simple hasard de date dans le fait que le chantier sur la loi du "mariage pour tous"  ait été lancé le lendemain de l'annonce par Notre Président lui même de l'augmentation des impôts, et que l'examen du dit projet de loi par le gouvernement ait été faites au lendemain de l'annonce de l'augmentation de laTVA.

 

 

 On pourrait y voir tout au plus, la manifestation particulièrement attentive du président des bisous envers son bon peuple : la manifestation du désir de redonner confiance aux Français, de prendre soin de leur égo, malmené par la crise et 5 années de violence sarkosyste ; en quelque sorte, une œuvre national de redressement productif du moral des Français, afin de les aider à faire face aux hausses d’impôts et aux désillusions rampantes.  Après tout, titiller notre fierté nationale, quitte à friser le chauvinisme, voire le nationalisme n’est-il pas de bon aloi ? La France, c’est quand même le pays de l’amour.

 

En temps de crise il était important de redonner aux Français la fierté d’appartenir à une grande nation, surtout quand on leur explique à coup de repentances qu’il y aurait de quoi avoir honte d’être français.  En appeler aux chauds lapins qui dort en chaque Français est en quelque sorte un appel à la résistance, face à la sinistrose ambiante ; un appel du 18 Juin moins belliqueux, plus rassembleur, plus unitaire ! La France vit tout de même une crise morale grave, alors, redonner aux Français qui, on le sait bien, ont un sexe à la place du cerveau, leur fierté, en les restaurant dans leur réputation de bête de sexe, c’est faire œuvre de patriotisme et de rassemblement. Ce qui, avouons-le, a quand même une autre gueule que les trucs néofascistes ourdi par le traitre Besson et consorts en des temps pas si ancien que ça !



Publié dans actualités politiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article