quand on veut tuer son chien.....

Publié le par veni creator

700-27467-Diplome-de-la-mauvaise-foi.jpg

 

-Je veux bien entendre ce que tu me dis, sur l'euthanasie, le mariage, l'homosexualité, l'islam, l'assistanat, ces sujets de société, mais tu te rends compte des énormités que tu me déballes! Il est indispensable qu'enfin un gouvernement moderne face évoluer la loi, pour qu'enfin la société s'aligne sur des valeurs modernes et agisse pour plus de justice! Car de toute façon, c'est inéluctable, il faut changer cette société Judéo-Chrétienne (à prononcer avec une pince à linge sur le nez) qui nous a apporté que du malheur, de la discrimination et de l'intolérance. N'oublie pas que le christianisme et les rois, ça n’a quand même été que de la violence et de l'hypocrisie à tous les niveaux: ils ne se sont imposés que par la force, la peur, la guerre et la tyrannie. Tu vois, à choisir, je préfère encore l'islam, ils se sont répandus pacifiquement et n'ont jamais voulu s'imposer, eux..."


Jennifer s'arrêta net, fière de l'argument fatal, qui, s’il n'avait aucune valeur historique, avait le mérite de décrédibiliser tous futurs arguments basés sur la raison ou la vérité historique....


-« Tu sais l'histoire et le monde, c'est un peu plus complexe que cela... ».


- Et l'inquisition? Et les croisades? Et l'affaire Galilée? Et Pie XII et les juifs, t'en fais quoi? Tu vas peut-être me dire que ce sont des points de détails de l'histoire (allusion subtile aux heures les plus sombres de la politique des années 80, qui a le grand mérite d'avertir "si tu continues sur cette voie, je ne te parlerai plus, car je ne parle pas à un fasciste , point de détail= FN ") ?"

J'avais fait l'erreur d'oublier que Jennifer, en bonne travailleuse sociale, défendant l'opprimé contre le reste du monde, avait tendance à diviser le monde et l'histoire en 2 catégories: d'un côté le monde des minorités, des défenseurs des opprimés et de l'ordre juste, et de l'autre, les oppresseurs-égoïstes, conservateurs et rétrogrades.

 

Face à de tels arguments fondés sur la raison, et une connaissance particulièrement fine de l'histoire de France, peu d'alternatives s'offraient à moi:

- soit lui clouer le bec en lui rappelant qu'avant la société judéo-chrétienne les mœurs gallo-Romaines n'étaient pas particulièrement douces, justes et facteurs d'épanouissement pour les plus fragiles, et que c'est peut être grâce à cette maudite culture judéo Chrétienne qui a toujours valorisé la personne humaine et l'opprimé, qu'aujourd'hui en 2012, des adulescents décérébrés à l'autonomie de pensée et de réflexion limitée à celui d'une limace de laboratoire, pouvaient avoir le droit de débiter un tel flot d'inepties en toute liberté, ... ce qui, convenons aurait été particulièrement soulageant mais pas très respectueux.

- approuver avec beaucoup de tolérance les propos de mon interlocutrice et rappeler que "oui c'est vrai, mais quand même depuis Vatican II l'Église a changé", ce qui l'aurait définitivement ancrée dans l'idée que, soit les chrétiens sont "une bande de sombres Crétins naïfs, qui continuent à croire à un truc qui a fait tant de mal depuis 2000 ans" ou que "tout ça c'est la preuve que c'est une vaste fumisterie: 1950 années d'erreurs, on balaye tout et on recommence? ...Allons, qui te dit qu’ils ne se trompent pas encore? " .


- rappeler fièrement que Jean-Paul II avait demandé pardon lors du jubilé, ce qui aurait laissé entendre chez mon interlocutrice qu'effectivement "le pardon c'est un truc facile inventé par les papes pour se blanchir de leurs odieux forfaits et que cela permet surtout aux chrétiens d'éviter de se sentir coupables et d'avoir la bonne conscience facile.»


- me taire, garder une sorte de silence pudique et honteux, qui lui aurait d'ailleurs prouvé que le christianisme "c'est quand même bien une religion de la culpabilité"(remarquons la contradiction avec l'argument précédent).


- j'aurais pu tenter d'expliquer qu'un complot maçonnique, visant à lobotomiser les cerveaux était en œuvre et que les méchants n'étaient pas ceux qu'on croit et que les soit disant gentils étaient vraiment très méchants; arguments affectifs qui permettent certes de gagner le concours de l'indignation la plus forte mais qui ne font en rien avancer le débat.


-ouvrir un livre d'histoire et rappeler la réalité historique en oubliant qu'il ne sert à rien de donner à boire à un âne qui n'a pas soif et que lorsqu'on veut tuer son chien on dit qu'il a la rage.


N'étant pas de nature suicidaire, je décidais de suivre les conseils de JO comme on l'appelle, un ami prêtre lui aussi très tolérant, qui se disait "Catho de Gauche" et qui m'expliquait que de toute façon cela ne servait à rien de dialoguer avec les "intégristes" (dénomination désignant tout Chrétien qui avait la prétention d'avoir une conception de la foi différente de la sienne, ce qui embrassait large!).

Considérant mon interlocutrice comme une intégriste à sa manière, qui, (tels ces militants d'extrême droite n'ayant jamais rencontré de juifs de leur vie mais capable de parler d'eux pendant des heures), ne connaissant du Christianisme que ce qu'un Michel Onfray, un article de libé ou un reportage du magazine envoyé spécial en avait raconté, c'est à dire, rien du tout, je décidais de faire diversion:

 

- et au fait tu fais quoi ce soir ?


- Je vais regarder la grande saga de l’été. Tu vois le service public passe une série très documentée sur le moyen âge. J'ai vu la bande annonce, ça à l'air vachement bien, ça te ferait du bien d'ailleurs de te cultiver un peu...."

 

Ne voulant décidément pas humilier Jennifer, je préférais simplement lui rappeler que tout cela n’était une pure œuvre de fiction et que le scénariste l'avait lui-même affirmé se défendre “d’avoir cherché la stricte vérité historique au profit d’une vraie liberté romanesque“, car “le Moyen Âge est une période mal connue de notre histoire” , il existe donc “une vraie possibilité de création et d’interprétation”.

 

"Et puis tu sais Jennifer Selon le grand historien Pierre Chenu qui n'était quand même pas incompétent à la matière "La Révolution française a fait plus de morts en un mois au nom de l’athéisme que l’Inquisition au nom de Dieu pendant tout le Moyen-Âge et dans toute l’Europe"

 

Elle me regarda avec les yeux d'un cocker désespéré obligé de laisser échapper sa proie: "ce qui m'énerve avec des réacs comme toi, c'est qu'on ne peut pas discuter sérieusement... quand tu veux avoir raison, tu es même prêt à utiliser l'histoire quand elle sert ton idéologie...."

 

Le lecteur de ce blog trouvera ci-dessous une vidéo tournant en dérision la grande saga de l'été de France 2 ainsi que 2 des nombreux articles écrits sur le net en réaction à cette série pitoyable......

 

 

 

 

Inquisition, piège à c…

Sur le blog 

http://penseesdoutrepolitique.wordpress.com/2012/07/04/inquisition-piege-a-c/

Quelle belle démarche que celle qu’ont entamée nos amis KozNatalia,EdmondCharles Vaugirard et Jean-Baptiste Maillard! Se payer la tête de la série de l’été de France 2, Inquisitio, sans à aucun moment jeter d’anathème ni user d’agressivité : juste en maniant ce qu’il faut d’humour et de dérision. 

Il faut dire que cette série déclenche davantage les soupirs de pitié que les grincements de dents de révolte. De quoi s’agit-il? De la série de l’été de France 2, dont vous pouvez , si vous avez du temps à perdre, visionner les premiers épisodes ici. Rien qu’en découvrant la bande annonce, la semaine dernière, j’ai éclaté de rire illico, tout en bouillant d’incompréhension. Le personnage central, l’inquisiteur, a la figure du grand méchant loup, avec son bandeau sur les yeux, à la Jean-Marie Le Pen, sa cruauté, sa fourberie et il faut bien le dire, son caractère foncièrement psychopathe. C’est cela : un fou de Dieu. Assoiffé du sang des roux et des juifs.

Avouez que ça en jette. Avec ça, coco, on va te faire une audience telle qu’Intervilles et Fort Boyard n’a qu’à bien se tenir. On tient un concept. Le concept du “Moyen Age, cette époque de barbarie et de sang”. Une barbarie essentiellement dûe, ne nous voilons pas la face, à la présence envahissante de l’Eglise catholique, et de ses grands démons immoraux, qui n’ont eu pour unique but l’enrichissement, l’asservissement et la soif du pouvoir. Quand on n’invente pas purement et simplement des absurdités mensongères et diffamatoires sur une sainte telle que Catherine de Sienne.

“Liberté romanesque”

C’est cela, qui transpire d’Inquisitio. Et le pire, c’est que “l’auteur” n’a même pas jugé bon de faire un travail historique ou documentaire digne de ce nom. Puisque Nicolas Cuche (autrement dit le scénariste) qui se “défend d’avoir cherché la stricte vérité historique au profit d’une vraie liberté romanesque“, avoue que “le Moyen Âge est une période mal connue de notre histoire” et qu’il y a donc “une vraie possibilité de création et d’interprétation”.

Traduction : les gens n’y connaissent strictement rien, au Moyen Age! Alors tant mieux : on va pouvoir leur raconter toutes les sornettes qu’on veut, ça passera tout seul, comme une lettre à la poste. Oh, ne préjugeons pas des intentions de M. Cuche, et ne soyons pas parano : accordons-lui même le crédit de la bonne foi, allez. Et admettons qu’il n’ait pas pensé à mal. Mais dans ce cas, c’est encore pire. Et de toutes façons, le résultat est le même : on invente, on déforme, et les téléspectateurs ne feront aucune différence entre fiction et réalité. D’autant que le scénario surfe sur une pensée largement répandue, qui correspond aux mythes propagés depuis le XIXème siècle, à l’époque où il fallait à tout prix trouver des vices à l’Eglise pour saper ses bases et son autorité.

Je ne veux bien sûr pas ici nier les difficultés, les errements qui ont parcouru l’histoire de l’Eglise : comme dans toute organisation, il y a des hommes, et les hommes font n’importe quoi lorsque le pouvoir leur tend les bras. L’homme est un loup pour l’homme, comme dirait l’autre. Et l’homme l’a été y compris dans l’institution de l’Inquisition. Mais l’a-t-il été plus qu’ailleurs? Et l’a-t-il été de manière systématique?

La base du système inquisitoire… toujours en vigueur en France

Le principe de ce tribunal ecclésiastique n’est pas l’horreur qu’on décrit généralement : sa création a jeté les bases de notre système judiciaire actuel (baptisé inquisitoire, justement, tiens tiens, par opposition au système anglo-saxon, dit accusatoire), fondé sur l’existence d’un juge qui enquête à charge et à décharge. Et ce que les gens ne savent pas, bien souvent, c’est que d’une part, l’inquisition a parfois (je dis bien parfois) représenté un progrès par rapport aux situations antérieures (allez savoir ce qu’un cathare devenait avant l’inquisition, en France : il était tout bonnement lynché si la foule l’attrapait) et que d’autre part, elle n’a pas existé partout et tout le temps de manière uniforme, mais a existé ponctuellement, et dans des pays ou régions bien délimitées. Pour schématiser, il y eut l’Inquisition médiévale, dont le point d’orgue fut la lutte contre le catharisme, puis l’Inquisition espagnole, et enfin l’Inquisition romaine. Les deux dernières ne sont pas du tout médiévales, ce que la plupart des gens ne savent pas.

Le problème, c’est que la plupart des gens ignorent ces nuances. Et résument l’inquisition médiévale au bûcher de Montségur. Le problème, aussi, c’est qu’en jouant sur la fiction, on accentue cette vision déformée de l’histoire. Nicolas Cuche adopte ici une attitude similaire à celle de Dan Brown, qui avec Da Vinci Code, sortait un brûlot contre l’Eglise sous couvert de fiction mêlée d’histoire. Ce procédé peut sans conteste être qualifié de malhonnête. Quand on pense qu’on nous parle de la “qualité culturelle” des créations du prétendu “service public”…

Le parti d’en rire

Faut-il aller plus loin que ce simple constat? Faut-il s’en plaindre, râler? Je ne sais pas. Mais ce que je sais, c’est que l’idée qui a germé dans le cerveau de nos cinq mousquetaires cités plus haut (que d’aucuns qualifieraient sans vergogne de légions du pape, voire bientôt d’inquisiteurs, pourquoi pas?), qui consiste à s’en moquer, est diablement efficace. N’est-ce pas profondément sain, de prendre le parti d’en rire, comme en témoigne cette fausse bande-annonce et ce truculent profil facebook, qui enfoncent le clou et forcissent encore davantage le trait? Quitte à caricaturer, autant le faire à fond!

 


Publié dans histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article