Bonnet blanc ou blanc bonnet, c'est compliqué

Publié le par veni creator

 

Les campagnes électorales sont l'occasion pour nos prétendants de nous montrer combien l'esprit de service, la loyauté, la fidelité, le courage, la franchise sont des valeurs indispensables pour gouverner un pays, 


http://photo.parismatch.com/media/photos2/2.-photos-people/tv/miss-france-2010-en-direct/maillot-de-bain-une-piece-miss-france/1147639-1-fre-FR/maillot-de-bain-une-piece-miss-france_galleryphoto_paysage_std.jpgUn peu comme dans un concours de vertu, ou une élection de miss, il ne font pas que présenter bien, ils parlent bien: ils aiment les animaux, n'aiment pas la pauvreté et la guerre  et ont un vrai désir de changer le monde.

 

Comment alors les départager? Comment choisir le meilleur, le plus vertueux?

Afin de vous aider à être citoyen nous vous proposons la fiche d'identité des 2 candidats principaux à la présidentielle publié par la revue "pour la France" : leurs parcours en disent plus que n'importe quel discours ou défilé sur un podium...


 

http://4.bp.blogspot.com/-YQl-aHBlHFA/TpbiYeRSfgI/AAAAAAAADQs/rLwjDl19KjU/s1600/tweedledee-tweedledum-2.jpg

 

François Hollande, parti socialiste

57 ans, ancien du lycée Pasteur de Neuilly-sur-Seine, il étudie le droit, diplômé d’HEC Paris et de Sciences Po, où il milite à l’uNEf-renouveau, proche du Parti communiste français. Diplômé de l’ENA, il y rencontre Ségolène royal avec qui il vivra maritalement pendant de nombreuses années. Directeur de cabinet de deux porteparoles successifs du gouvernement Pierre Mauroy. 

Il participe alors à une manipulation politique : sur l’instigation de françois Mitterrand, Jacques Attali demande à l’éditeur  fayard de publier un livre nommé « De la reconquête » pamphlet contre la droite. Cet ouvrage 

est publié sous le pseudonyme de « Caton », un soidisant dirigeant de la droite.  françois Hollande se fait passer pour Caton, le faux dirigeant de la droite*.

Il est adjoint au maire communiste de la ville de  tulle, avant de lui succéder. Député de la Corrèze, Magistrat de la Cour des comptes, il exerce la profession d’avocat. Premier secrétaire du Parti Socialiste, il soutient Ségolène royal lors de la campagne présidentielle de 2007, il annonce sa séparation avec cette dernière au soir du second tour des élections législatives 2007. Conseiller général et président du conseil général de la Corrèze, il n’est pas candidat à sa succession au poste de premier secrétaire du P.S. et soutient Bertrand Delanoë.

* 20 minutes, le 6 juin 2008 ; Le Grand Journal, Canal +, le 4 juin 2011 et lemonde.fr, le 16 octobre 201

 

 

 

 

nicolas sarkozy, union pour un mouvement populaire

57 ans, étudiant en droit, il obtient un certificat d’aptitude à la profession d’avocat (CAPA) ainsi qu’un DEA en sciences politiques. Il entre à Sciences Po, mais en sort non diplômé suite à une note éliminatoire en anglais. très tôt il adhère à l’union des Démocrates pour la République (UDR), puis dès sa création au RPR. Il est élu conseiller-municipal de Neuilly sur Seine, puis après le décès du maire Achille Peretti, il est chargé de préparer la campagne de Charles Pasqua. Nicolas Sarkozy prend de court ce dernier en présentant finalement sa propre candidature. Il est élu maire de Neuilly, puis député des Hauts-de-Seine. Il est nommé ministre du Budget sous le gouvernement d’Edouard Balladur et porte-parole du gouvernement. Lors de la campagne présidentielle de 1995, il soutient Edouard Balladur contre Jacques Chirac. En 1995, sous le pseudonyme « Mazarin », il publie dans le journal Les échos une série de lettres intitulées « Les Lettres de mon château » présentées comme la correspondance fictive de Jacques Chirac avec diverses personnalités du monde politique. En 2004 il reconnait publiquement qu’il était l’auteur de ces articles. En 1997 il devient secrétaire-général du rPr, Philippe Seguin étant alors président. Suite à la démission soudaine de ce dernier, il le remplace par intérim et conduit alors la liste rPr-DL aux élections européennes de 1999. Ce scrutin est marqué par une sévère défaite: la liste qu’il dirige arrive en troisième position avec 12,82 % des suffrages, derrière la liste souverainiste menée par Philippe de Villiers (13,05 %) et celle du Parti socialiste (21,95 %). Il démissionne alors de la présidence du RPR. Aux élections  présidentielles de 2002, il soutient la candidature de Jacques Chirac. Il est nommé ministre de l’Intérieur, de la Sécurité Intérieure et des Libertés locales, « numéro deux du gouvernement ». Il est nommé ministre d’état, de l’économie, des finances et de l’Industrie dans le troisième gouvernement de Jean-Pierre raffarin, en 2004. fin 2004, il est élu président de l’uMP et dès le lendemain de son élection, il présente sa démission à Jacques Chirac et Jean-Pierre raffarin. Après la démission du gouvernement raffarin, il est nommé ministre d’état, ministre de l’Intérieur et de l’Aménagement du territoire, « numéro deux du gouvernement », dans le gouvernement Dominique de Villepin. 

Il cumule son poste ministériel, la présidence de l’uMP et la présidence du conseil général des Hauts-de-Seine. 

En 2007, il quitte ses fonctions au ministère de l’Intérieur, pour s’investir pleinement dans la campagne présidentielle. Lors du premier tour des présidentielles, il arrive en tête des douze candidats avec 31,18 % des suffrages exprimés, soit le record en nombre de voix pour un candidat à une élection présidentielle. Il est élu Président de la républiquee le 6 mai 2007 avec 53,06 % contre Ségolène royal.

 

 

 


Publié dans actualités politiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article